• 25/10/2022
  • Par binternet
  • 298 Vues

Mode, beauté, accessoires Le quoi de neuf de la semaine - 2016-10-12<

Le trésor : quatuor Mode, beauté, accessoires Le quoi de neuf de la semaine - 2016-10-12 Mode, beauté, accessoires Le quoi de neuf de la semaine - 2016-10-12

Fort du succès de sa bague Quatre, Boucheron dévoile deux nouvelles lignes : Quatre gros-grain et Quatre clou de Paris. Le joaillier a déstructuré les motifs qui constituent Quatre pour donner naissance à des bracelets (photo) et des bagues façonnés en or blanc, rose ou jaune. À porter seuls ou en accumulation.

L'objet : cabinet de couleurs

Karl Lagerfeld et Faber Castell lancent la Karl Box, une collection de crayons de couleur et d'accessoires de dessin. Le Kaiser a imaginé une boîte luxueuse en bois laqué noir contenant 350 crayons, feutres à encre de Chine Pitt Artist et d'autres accessoires comme le gobelet Clic&Go, des gommes et un taille-crayon, rangés dans des tiroirs amovibles. Édition limitée à 2 500 exemplaires.

La silhouette : signée Ermenegildo Zegna Couture

Pour la dernière collection qu'il signe pour la griffe, le créateur Stefano Pilati explore la palette des gris, des plus lumineux aux plus sombres, mélangée à des motifs floraux, cachemire et losanges pour une allure résolument dandy chic.

La collaboration

Ron Dorff, spécialisé dans le sportswear de luxe pour homme et femme, multiplie les collaborations. D'abord avec le créateur d'accessoires Florian Denicourt. Tous deux ont pensé au Triporter Sportbag (photo), un sac de sport au design épuré en Nylon et cuir vendu 395 euros. Ensuite avec l'Opéra de Paris, pour qui Ron Dorff a imaginé des sweat-shirts et des tee-shirts barrés des messages « Pas de deux » ou « À la barre », vendus à la Galerie de l'Opéra de Paris, 75 euros et 145 euros.

Mode, beauté, accessoires Le quoi de neuf de la semaine - 2016-10-12

La tendance : l'écusson

C'est le détail mode de la saison qui se retrouve autant sur les vêtements que les accessoires. Teddy Varsity en laine et cuir (1 250 euros), blouse en soie (450 euros), jupe Varsity en cuir (950 euros) et mocassins à clous en cuir métallisé (450 euros), Coach. Sac à main Alma en toile Monogram sérigraphiée, collection World Tour, 1 330 euros, Louis Vuitton. Écussons à broder, 12 euros le set d'écussons et de pin's, Macon & Lesquoy.

Le produit : surf session

Ridge Wetuits est une marque exclusive de combinaisons de surf sur mesure faites par des surfers pour des surfers. Chaque combinaison, réalisée à la main dans un atelier en Cornouailles, est taillée dans du Néoprène Yamamoto, doublé d'une fine couche de titane. Sur le site internet de la marque, la commande et la prise de mesures se font en ligne grâce à une série d'étapes guidées et illustrées. Ridge Wetuits propose six styles de combinaisons : back zip (full length/short sleeves/short legs) et front zip (full length/short sleeves/short legs) accompagné d'un blouson front zip,www.ridgewetsuits.com

Ralph Lauren à l'heure anglaise

Le couturier américain vient d'inaugurer une immense boutique sur Regent Street, à Londres, consacrée à sa ligne Polo. Ce vaste espace accueille les collections mode et accessoires de la ligne. « Le mode de vie à l'anglaise m'a toujours inspiré. Le style des Britanniques repose sur un flegme mêlant innovation et goût inné pour la tradition. Londres est la ville parfaite pour présenter à l'Europe le caractère audacieux de Polo et les détails raffinés de son savoir-faire », déclare Ralph Lauren.

À cette occasion, la griffe lance Polo Custom Shop, un service de personnalisation qui permet aux clients d'apporter leur touche aux produits emblématiques de Polo, comme le blazer bleu marine, la chemise en oxford, la casquette et les polos en piqué de coton. Ralph Lauren dévoile aussi son nouveau sac à main, le Sullivan (photo), dont la bandoulière est également personnalisable.

Ralph Lauren, 169-173 Regent St, London

Une maille qui m'aille

Quand Emmanuelle Khahn renoue avec ses premières amours, le résultat est forcément détonant. La griffe est aujourd'hui mondialement connue pour ses lunettes oversize, fabriquées dans le Jura. Mais la créatrice a plusieurs cordes à son arc. Dans les années 1950, elle est mannequin chez Balenciaga et Givenchy. Dix ans plus tard, elle se mue en designeuse et propose tissus et motifs à des maisons comme Missoni ou Cacharel. Puis elle crée sa marque et dessine des vêtements pour des femmes libres et qui assument leurs formes.

Depuis, la marque s'était focalisée sur ses lunettes. Jusqu'à l'idée de cette collection capsule qui fait la part belle à la maille et reste dans l'esprit d'origine. Mme Khahn a d'ailleurs été invitée à donner sa vision aux côtés de la jeune équipe créative. On adore les pulls ponchos, les jeux de volumes des pièces fluides ou plus épaulées et les pantalons pattes d'eph'. Un vestiaire aussi féminin que désirable.