• 25/10/2022
  • Par binternet
  • 334 Vues

RDC : recycler les déchets plastiques pour assainir Kinshasa<

Comme Mme Bopena, d'autres riverains viennent vendre des déchets plastiques qu'ils transportent dans des sacs ou autres chariots. Un dépotoir de déchets à perte de vue, déversés par des gros véhicules, est installé derrière l'usine. Tout y est : bouteilles, sachets, chaises, tables, bidons, poupées, etc.

Dans l'enceinte, des montagnes de ballots de bouteilles en plastique compactées côtoient d'autres paquets de déchets déjà broyés. Sur l'aile droite de l'usine, un employé manie une broyeuse, tandis qu'un autre travaille sur un compacteur et y déverse des sacs de bouteilles neuves en plastique.

"Solution durable"

"Ce sont des déchets d'usine envoyés par un fabricant de la place. Nous disposons de partenariats avec des grands fabricants de produits en plastique. Ils nous envoient leurs déchets, et nous en fabriquons de la matière régénérée", explique M.Pandya.

"Notre objectif c'est d'avoir une gamme de produits 100% recyclés made in Kinshasa", ajoute Alexander Bamanisa. Les matières broyées et compactées sont conduites à leur tour sur un tapis métallique roulant jusque dans l'usine de nettoyage. Elles sont ensuite fondues et déversées dans une granuleuse.

RDC : recycler les déchets plastiques pour assainir Kinshasa

Selon les couleurs, les matières ainsi régénérées sous forme de granuleux sont placées dans des sacs blancs et stockées, prêtes à être vendues aux industries de fabrication de plastique.

L'idée à l'origine de la création de Clean Plast est venue de la présence de plus en plus importante de déchets plastiques dans la ville, explique M. Bamanisa. "Il était important pour nous de contribuer à chercher une solution durable à ce problème de gestion des déchets".

A Kinshasa, des initiatives privées sont prises notamment par des organisations de protection de l'environnement sans pour autant venir à bout du phénomène. En 2008, dans le cadre d'un projet couvrant 9 communes de la capitale et ayant pris fin en août 2015, l'Union européenne avait injecté un million de dollars par mois pour l'évacuation des déchets ménagers.

En octobre 2019, le président Félix Tshisekedi avait lancé "Kin Bopeto" (Kinshasa propre), une opération contre l'insalubrité dans la capitale, piloté par les autorités urbaines. Depuis, seules quelques poubelles ont été installées dans certains quartiers de Kinshasa, où la production journalière de déchets est estimée à 9.000 tonnes, selon la marie.

A écouter : notre podcast "Retour de terrain"

Dans les bidonvilles de Kinshasa, des artistes furieusement inventifs ont créé des masques hors du commun, à partir des déchets qui jonchent les rues. Ces masques-là, ces "costumes" qui les recouvrent intégralement, les relient aux traditions animistes de leurs ancêtres. Aujourd'hui, ils les détournent et s'en servent comme armes pour dénoncer la misère. Le photoreporter Stéphan Gladieu a partagé leur quotidien, il revient sur son expérience dans le quatorzième épisode de notre podcast "Retour de terrain" à découvrir ci-dessous et sur toutes les plateformes d'écoute.

A lire aussi :

A Marseille, tollé après le déversement de tonnes de déchets dans la mer
Ben Lecomte, le nageur qui a traversé un vortex de déchets pour alerter sur la pollution des océans
Une équipe collecte plus de 47 tonnes de déchets dans une réserve marine de Hawaii