• 20/12/2022
  • Par binternet
  • 310 Vues

Dans son atelier de Meaux, elle crée des robes de mariée sur-mesure<

Par Laura BourvenPublié le
La Marne
Voir mon actu

C’est dans son petit atelier, en plein centre-ville de Meaux (Seine-et-Marne), que la magie opère. Dans cette pièce de moins de dix mètres carrés, Christelle Bahezi réalise le rêve de dizaines de femmes, en fabriquant des modèles uniques de robes de mariée.Dans son atelier de Meaux, elle crée des robes de mariée sur-mesure Dans son atelier de Meaux, elle crée des robes de mariée sur-mesure

Depuis le mois de janvier 2021, la jeune couturière a décidé d’engager un virage à trois cent soixante degrés pour sa marque de prêt-à-porter, Kimpaa Paris, en la consacrant au domaine du mariage. « Avec la crise sanitaire, je ne m’en sortais plus. J’ai alors cherché une nouvelle identité à ma marque qui pourrait plaire aux clients » explique Christelle Bahezi.

Des robes uniques conçues à Meaux

En janvier 2022, la jeune femme lancera officiellement Kimpaa Paris sur le marché des robes de mariée, « mais je prends déjà des commandes pour celles qui le souhaitent ». Le point fort de sa marque : tout est sur-mesure. La future mariée peut contacter Christelle Bahezi et lui décrire la robe de ses rêves pour le jour J.

Après cet échange, la couturière peut se lancer dans l’élaboration de la robe, qui sera donc un modèle unique. « Il y a plusieurs étapes. Je commence par le patron que la mariée va porter pour voir les mesures. Puis j’ajoute un tissu pour un second essayage afin de définir la forme finale. Une fois cette étape terminée, je confectionne la robe avec le vrai tissu choisi ».

Dans son atelier de Meaux, elle crée des robes de mariée sur-mesure

Au total, Christelle Bahezi nécessite d’entre trois et six mois pour créer une robe de mariée de toutes pièces.

À lire aussi

« Je n’ai pas le droit à l’amateurisme »

Pour ses créations, la couturière meldoise vise la haute couture. Autodidacte, Christelle Bahezi s’est principalement formée grâce aux vêtements dénichés en friperie.

Sans avoir fait d’école de mode, elle estime devoir encore plus prouver son savoir-faire auprès des clients, et garder une image professionnelle. « Les robes de mariée ont un coût. Il faut que ça vaille le prix. Je n’ai pas le droit à l’amateurisme. » Pour une robe courte, veuillez compter au moins 900 €, une robe longue se chiffre quant à elle minimum 1 400 €.

À lire aussi

Des robes éthiques et responsables

Au-delà de son exigence envers elle-même, Christelle Bahezi a à cœur de proposer des produits de qualité, éthique et responsable.

L’écologie a également une place importante dans la marque Kimpaa Paris puisque la couturière tente au maximum d’éviter le gaspillage en utilisant des chutes de tissus de grande maison de haute couture. « Ce sont des valeurs que je veux mettre en avant. Dans ma vie de tous les jours, j’essaye de ne plus acheter de vêtements pour tout créer moi-même ».

Une marque amenée à se développer au Congo

Si sa marque de robes de mariée se développe, Christelle Bahezi espère pouvoir en faire profiter le Congo, son pays d’origine. « L’idée serait de monter un atelier là-bas et de faire un pont entre la France et le Congo ». Les robes de mariée pourraient donc être fabriquées entre deux pays et deux cultures.

Pour le moment, elle se contente de créer ses robes dans son petit atelier de la rue Saint-Christophe, avec l’envie de voir plus grand.

Kimpaa Paris, 15, rue Saint-Christophe à Meaux, 06 65 35 02 90, contact@kimpaa.com

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Marne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Partagez

La Marne
Voir mon actu