• 14/08/2022
  • Par binternet
  • 405 Vues

The Batman : le Chevalier Noir de Robert Pattinson aura trois identités révèle le réalisateur<

Matt Reeves, le réalisateur de The Batman, révèle que dans son film, le Chevalier Noir ne sera pas la seule identité cachée du personnage.

Malgré un peu moins d'une dizaine de longs-métrages, réalisés par cinq cinéastes différents aux sensibilités tout aussi distinctes, la mythologie qui entoure le personnage de Batman, créé par Bob Kane et Bill Finger, conserve systématiquement quelques motifs récurrents. La mort des parents de Bruce Wayne, la présence réconfortante d'Alfred ou encore des voitures plus ou moins impressionnantes et bruyantes.

L'un des motifs les plus évidents de la saga reste, par ailleurs, celui de la double identité. Cette caractéristique est assez inhérente au super-héros de façon générale, mais est régulièrement exploitée avec plus de gravité dans le cas du Chevalier Noir : le milliardaire Bruce Wayne, le jour, le justicier détective Batman, la nuit. Cette binarité se retrouve dans l'intégralité des films live action Batman.

Mais il semblerait que le cinéaste Matt Reeves, réalisateur du prochain The Batman avec Robert Pattinson, ait souhaité prendre un chemin sensiblement différent.

Pas toujours simple d'être un super-héros...

The Batman : le Chevalier Noir de Robert Pattinson aura trois identités révèle le réalisateur

C'est en tout cas ce que Matt Reeves a raconté à nos confrères de Première qui ont récolté les propos du réalisateur :

« J’ai eu une vraie révélation en relisant Année un de Frank Miller : il n’y a rien de fonctionnel ou de pratique à être Batman. Comment tu te promènes en ville ? Tu ne peux pas rentrer dans une épicerie pour t’acheter à boire avec le costume ! Tu ne peux même pas être Bruce Wayne, parce qu’il est trop connu ! Dans le comics, Wayne prend donc brièvement l’identité d’une sorte de quidam qui ressemble au Travis Bickle de Taxi Driver.

D’ailleurs, Miller le dit lui-même dans ses notes au dessinateur David Mazzucchelli : ''On dirait qu’il a gagné un concours de sosies de Travis Bickle.'' Idée géniale. [...] Miller a essayé d’ancrer quelque chose d’improbable, c’est-à-dire Batman, dans une forme de réalité. Il se demande ce qui se passerait ''en vrai''. Et pour que ça marche, il faut une troisième itération du personnage. Donc on a fait ça dans le film, et Robert et moi nous sommes creusés la tête pour savoir à quoi devrait ressembler ce mec. C’est le genre d’idée qui nous a beaucoup guidés dans la conception du film. »

Trois identités, un Batman ?

De quoi légèrement modifier la vision connue du Chevalier Noir et de l'appréhender d'une manière un peu différente. Matt Reeves en a d'ailleurs profité pour citer l'une de ses plus grosses références comics du film : Batman : Année Un de Frank Miller. La vision grave et réaliste du dessinateur a inspiré le personnage sombre qui se verra donc endosser une troisième identité, toujours pour trouver un anonymat difficile à conserver sous la peau du célèbre Bruce Wayne ou du terrifiant Batman.

Et si Matt Reeves était déjà revenu sur quelques films qui faisaient partie de ses références pour The Batman, le cinéaste est également revenu sur l'autre comics majeur qui a influencé son travail d'écriture, Batman : Ego, comics écrit et dessiné par Darwyn Cook avant une première publication au début des années 2000. Là encore, il s'agit d'une adaptation sombre où Wayne tombe peu à peu dans la folie et l'abime.

"You met me at a very strange time of my life."

Il n'est pas étonnant que Reeves se soit focalisé sur la part palpable et humaine du super-héros DC, tant le cinéaste s'est toujours intéressé aux traumas et aux enjeux émotionnels qui traversent ses personnages principaux - pensons aux conséquences de la fin du monde de Cloverfield, à la tendresse des monstres dans Laisse-moi entrer, ou encore la quête vengeresse de César dans le dernier volet de La Planète des singes.

Il sera donc intéressant de savoir comment le metteur en scène va s'amuser avec la mythologie de l'homme chauve-souris pour nous la rendre sensible et chargée émotionnellement. Pour voir ce qu'il en sera, il faut encore attendre quelques semaines, le 2 mars, avant de découvrir The Batman dans une salle de cinéma en France.