• 07/11/2022
  • Par binternet
  • 413 Vues

Clara Dupont-Monod, Jacques Fieschi, Elsa Fottorino, Gerard Manley Hopkins… Les brèves critiques de la rentrée littéraire du « Monde des livres »<

Roman. « S’adapter », de Clara Dupont-Monod

Loin des romans historiques en costume auxquels Clara Dupond-Monod nous avait habitués, dans lesquels elle explorait volontiers la tonalité des contes et légendes, l’écrivaine offre avec S’adapter le roman d’une famille de la fin du XXe siècle, bouleversée par l’arrivée d’un enfant lourdement handicapé. Plutôt que d’adopter le point de vue surplombant d’un narrateur omniscient, l’autrice préfère regarder les trajectoires de chacun d’en bas : les pierres foulées dans cette maison cévenole sont ici les témoins empathiques de ce que vivent les membres de la fratrie. En trois parties, elle parvient à faire ressentir avec délicatesse et justesse ce que les trajectoires de chacun doivent à la naissance de ce frère, mort à 10 ans. De l’aîné, qui renonce aux jeux de l’enfance et aux émotions de l’adolescence pour le protéger, à la cadette, qui se révolte et s’endurcit, chacun se débrouille comme il peut pour trouver sa place. Tout comme celui, né après ce décès, qui doit réussir à apprivoiser ce fantôme si encombrant. Fl. By

« S’adapter », de Clara Dupont-Monod, Stock, 180 p., 18,50 €, numérique 13 €.

Clara Dupont-Monod, Jacques Fieschi, Elsa Fottorino, Gerard Manley Hopkins… Les brèves critiques de la rentrée littéraire du « Monde des livres »

Essai littéraire. « Salomé(s) », de Laforgue, Flaubert, Huysmans, Moreau, Apollinaire, précédé d’« Anatomie comparée des Salomés », de Patricia Farazzi

« Sous sa tunique légère, écrit saint Augustin, la jeune fille apparaît dans une sorte de nudité »… On connaît la suite. Salomé danse avec une telle grâce que son beau-père, Hérode Antipas, lui souffle : « Demande-moi ce que tu voudras. » Poussée par sa mère, elle exige la tête de Jean-Baptiste, l’homme qui annonce la venue du Christ. Et l’obtient. Elle ne cessera plus dès lors de danser à travers l’art et la littérature, figure de la tentation diabolique chez saint Augustin et tant d’autres, aussi bien qu’incarnation d’une liberté joueuse et cruelle. « Chacun ou chacune a voulu un morceau » du corps de Salomé, écrit Patricia Farazzi, en ouverture de ce petit livre qui rassemble et met en perspective textes et tableaux comme autant d’éclats d’un mythe dont il rappelle la vertigineuse fécondité. Fl. Go

« Salomé(s) », de Laforgue, Flaubert, Huysmans, Moreau, Apollinaire, précédé d’« Anatomie comparée des Salomés », de Patricia Farazzi, L’Eclat, « Eclats », 160 p., 10 €, numérique 5 €.

Roman. « Souvenirs de ma vie d’hôtel », de Jacques Fieschi

Il vous reste 80.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.