• 13/10/2022
  • Par binternet
  • 417 Vues

Portrait : Rawdah Mohamed, l'influenceuse et mannequin qui s'engage pour les droits des femmes musulmanes<

Instagram content

This content can also be viewed on the site it originates from.

Elle grandit alors en Norvège, et se prend d’amour pour la mode. Alors qu’elle travaille comme professionnelle de santé dans un établissement spécialisé pour enfants autistes, elle lance en parallèle son blog mode et lifestyle. Elle professionnalise son compte Instagram, qui gagne des milliers d'abonnés de jour en jour. Elle se positionne comme influenceuse, conseillère en image, et travaille même à apporter plus d'inclusivité aux campagnes publicitaires de la Fashion Week d’Oslo. En février 2019, alors qu’elle collabore avec plusieurs marques, elle se fait remarquer par les nombreux photographes de street style qui peuplent les semaines de la mode. De là sa carrière est née. Elle devient un style, un visage, une icône pour tous les fans de mode en Norvège.

L’engagement comme fer de lance

Portrait : Rawdah Mohamed, l'influenceuse et mannequin qui s'engage pour les droits des femmes musulmanes

Entre plusieurs Fashion Weeks, elle trouve le temps de signer un contrat de mannequin. Sa carrière décolle, elle défile pour Max Mara à Milan la saison suivante en septembre 2020, et se retrouve conviée dans les plus grands shows de la semaine de la mode parisienne. Mais cela n’annule en rien le racisme qu’elle subit de manière quotidienne. Toujours dans les colonnes de Vogue US, elle raconte comment sa première expérience de mannequin à la Fashion Week de Paris a pu être lourde. Malgré ses invitations officielles aux défilés et sa notoriété grandissante, elle est regardée avec défiance lorsqu’elle se présente à l’entrée des shows. Elle se voit snobée voire ignorée, et les équipes de sécurités la traitent comme un « suspect ». Elle découvre donc que la discrimination existe toujours, peu importe son nouveau métier et sa notorité. Et ceci, malgré les progrès affichés en matière d’inclusivité dans la mode. « Je voulais vraiment que [la mode] soit un endroit où je pourrais être moi-même et où tout le monde m'accepterait comme je suis, dit-elle. J'étais très triste de réaliser que, non, c'est un autre endroit où je dois encore me battre pour être moi et pouvoir m'habiller comme je veux », s’est désolée le mannequin.