• 03/12/2022
  • Par binternet
  • 436 Vues

Affaire Jubillar : mines, déchetteries sauvages Quels sont les prochains sites qui seront fouillés pour retrouver Delphine ?<

Depuis de longs mois les enquêteurs en charge de l’affaire Jubillar n’ont de cesse de passer au peigne fin les moindres recoins qui pourraient permettre de dissimuler, si ce n’est un corps, du moins des preuves, dans les environs de Cagnac-les-Mines. Au-delà des premiers lieux de recherches qui tombaient sous le sens et sur lesquels des opérations ont été rapidement entreprises, comme nous vous les énumérons ci-dessus, cette quête minutieuse s’est traduite par la mise en place d’une méthodologie, basée sur les expériences acquises lors d’affaires similaires et sur une très bonne connaissance du terrain.

A lire aussi :CARTE. Disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn : quels secteurs ont déjà été fouillés par les enquêteurs ?

Armés de cartes IGN, les gendarmes ont donc répertorié tous les lieux qui offraient des possibilités de cache. Avec l’aide de personnes-ressources ils ont ensuite accédé à ces lieux, pris des notes, avant d’envisager, au besoin l’appel à des spécialistes leur permettant d’accéder dans certaines cavités ou puits.

On l’a déjà écrit, le bassin minier du Carmausin offre d’innombrables points de chute. Certains ont déjà été visités, d’autres sont en passe de l’être ou le seront très prochainement comme le puits de la Grillatié entre Carmaux et Blaye-les-Mines. L’ancien site minier de La Tronquié a déjà été sondé, mais, à proximité, le site de la déchetterie de Trifyl a pu, lui aussi, retenir l’intérêt des enquêteurs.

Les chantiers sur lesquels travaillait Cédric

Affaire Jubillar : mines, déchetteries sauvages Quels sont les prochains sites qui seront fouillés pour retrouver Delphine ?

Dans la même veine, si on s’éloigne des anciens sites miniers, les stations d’épuration du secteur n’ont pas été oubliées. Celles de La Maurélié à Cagnac-les-Mines, des Glands, à proximité du Garric, ou encore celle située entre Carrefoul et Taïx, ont pu apparaître sur des listes de recherches.

Bien évidemment, les gendarmes s’intéressent également à tous les lieux de chantier sur lesquels s’était rendu ces derniers mois Cédric Jubillar, voire aux déchetteries sauvages liées au monde du BTP, qui ne manquent pas dans les bois du secteur. Justement, les forêts de la région ont aussi été patiemment étudiées pour savoir si elles offraient des secteurs où la dissimulation d’un corps était plausible.

En ce sens, les bois de Barret, de Vassal ont, tout au moins, suscité l’intérêt, à défaut d’y avoir vu des battues. Enfin, tous les points d’eau, petits ou grands, sont aussi en ligne de mire dans cette quête méticuleuse et programmée. En termes de topographie, les nombreuses combes de la région sont baignées par des ruisseaux, telles la Combe Longue ou la Combe del Poux. Il y a aussi la réserve d’eau de Fonroque qui n’a pas encore été évoquée jusque-là, tout comme les lavoirs Laboulbène et Sainte-Marthe à Labastide-Gabausse. On l’a déjà soulevé par ailleurs, le petit patrimoine rural, les églises et leurs proches cimetières ont, eux aussi, engendré de nombreuses réflexions.