• 19/08/2022
  • Par binternet
  • 497 Vues

Monster Hunter: au secours! | Le Journal de Montréal<

Vous souvenez-vous de John Carter? Cette superproduction des studios Disney avait coûté 250 millions $ US et n’avait engrangé que 284 millions $ US. Dans ce navet, on avait droit à des monstres sur une planète désertique (et non, il ne s’agit pas de Dune). Le principe est le même avec Monster Hunter: des créatures improbables dans un environnement désolé.

Adaptation du jeu vidéo du même titre (ce qui n’est jamais bon signe, avouons-le), Monster Hunter est écrit et réalisé par Paul W. S. Anderson (époux de Milla Jovovich et initiateur de l’excellente franchise Resident Evil). On y suit un groupe de soldats d’élite mené par Natalie Artemis (Milla Jovovich). Après être tombé dans un portail, le groupe se retrouve sur une planète peuplée de monstres. Les soldats y rencontreront un chasseur (le personnage incarné par le joueur, rôle tenu par Tony Jaa) qui les aidera à retourner sur Terre.

Les gamers retrouveront dans cette version pour grand écran bon nombre de similitudes avec le jeu vidéo, dont les costumes, le design des armes et des monstres, la nourriture (incluant Meowscular Chef), ainsi que les personnages. Quelques différences se sont glissées dans le long métrage de 103 minutes, comme le fait qu’il s’agit ici de forces d’élite de l’armée américaine, ou encore les monstres qui ressemblent parfois un peu trop à des créatures préhistoriques.

Monster Hunter: au secours! | Le Journal de Montréal

Contrairement aux très bons Resident Evil, ce Monster Hunter passé au grand écran n’apporte rien, se contentant de montrer des combats (avec ralentis, s’il vous plaît, histoire d’insister sur l’aspect héroïque de la chose) ennuyants. Quant au scénario, il est aussi mince que le fil des épées montrées et n’est absolument d'aucun intérêt.

Note: 1 sur 5