Les pieds dans la mer, un ministre des îles Tuvalu interpelle la COP26 sur la montée des eaux
  • 05/12/2022
  • Par binternet
  • 96 Vues

Les pieds dans la mer, un ministre des îles Tuvalu interpelle la COP26 sur la montée des eaux<

Le
Simon Kofe, ministre des Affaires étrangères des Îles Tuvalu, a interpellé les participants à la COP26 dans un message vidéo. L'homme politique avait bien choisi son cadre: c'est avec de l'eau jusqu'aux genoux qu'il a prononcé son discours sur les menaces concrètes portées par la montée du niveau des mers.

Si la COP26 se clôt vendredi, on se doute déjà de l'image que l'opinion internationale en retiendra. C'est Simon Kofe qui semble destiné à marquer de son empreinte ce sommet de la lutte contre le dérèglement climatique. Et il n'est pas question ici d'empreinte carbone, car le ministre des Affaires étrangères des îles Tuvalu n'a pas eu besoin de faire le voyage jusqu'à Glasgow pour frapper les esprits et les sensibiliser à l'urgence de la cause écologique.Les pieds dans la mer, un ministre des îles Tuvalu interpelle la COP26 sur la montée des eaux Les pieds dans la mer, un ministre des îles Tuvalu interpelle la COP26 sur la montée des eaux

De l'eau jusqu'aux genoux

Bien au contraire, c'est en enregistrant son message vidéo depuis l'un des neuf atolls qui composent son archipel que Simon Kofe est parvenu à faire entendre sa voix, et à travers elle, celles de ses Etats insulaires menacés au premier chef par la montée du niveau de la mer.

Sur la forme pourtant, on pourrait d'abord croire à du grand classique. Dans cette vidéo, diffusée jeudi dernier, on voit le dirigeant politique tuvaluan prononcer un discours d'un ton solennel et un peu compassé, dans le costume sombre règlementaire, tandis qu'une musique épique déroule les boucles de ses cordes et de ses synthétiseurs.

Les pieds dans la mer, un ministre des îles Tuvalu interpelle la COP26 sur la montée des eaux

"Ce n’est pas une simple déclaration politique", lance-t-il pourtant. Bientôt la caméra nous dévoile ce que sa position a de particulière: il s'exprime alors que l'eau lui arrive jusqu'aux genoux. La vidéo circule à présent massivement sur les réseaux sociaux.

"On ne restera pas là à ne rien faire"

S'adressant aux participants de la COP26, il les rappelle à leurs engagements. "Nous demandons et exigeons qu’une augmentation de la température limitée à 1,5 °C soit respectée", glisse-t-il par exemple.

Le ministre des Affaires étrangères des Tuvalu est bien placé pour lancer ce manifeste aux airs de sommation. D'après Géopolis, cité ici par le Huffington Post, les Tuvalu pourraient avoir disparu d'ici cinquante ans. Il faut dire que l'altitude maximale ne dépasse que de cinq mètres le niveau de la mer. Et encore, cette échéance effroyable paraît presque lointaine au vu des difficultés éprouvées dès aujourd'hui par l'archipel.

Sur le même sujet

France Info en a livré la litanie ce mardi: les îles sont recouvertes par les vagues la moitié de l'année, et pire, l'infiltration des sols par l'eau salée entrave grandement l'agriculture locale et déracine les arbres. Dans les îles Tuvalu, l'urgence climatique n'a - encore moins qu'ailleurs - rien d'abstrait.

dossier :

COP 26

Robin Verner Journaliste BFMTV

Top Articles

  1. Meurtre de Maëlys: les zones d'ombre qui restent à éclaircir au procès de Nordahl Lelandais

  2. Enfant retrouvé mort dans une valise: la mère mise en examen pour "homicide volontaire sur mineur"

  3. Présidentielle: Jean-Marie Le Pen juge "choquant" un ralliement de Marion Maréchal à Éric Zemmour

  4. Covid-19: le résultat des tests antigéniques réalisés en extérieur peut être faussé par le froid

  5. INFOGRAPHIES - Découvrez les villes et villages les plus attractifs de France métropolitaine